Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Ce matin je suis allée inscrire Louloute à l'école.

Il était ravi. Il voulait y rester tout longtemps. Dire "s'il te plaît maîtresse".

On arrive a l'école. Il voit les toilettes et se fait une joie à la perspective d'aller faire pipi dans les toilettes de "sa école".

Mais il faut se dépêcher et je sens bien qu'on ne lui en laisse pas la possibilité. Soit.

On gère l'inscription. Horaires. Numéro de téléphone. Pas un regard ou un mot pour Louloute.

J'explique que Louloute est plutôt en avance en terme d'apprentissage mais que je pense qu'il a la maturité affective de son âge. Ma crainte qu'il fasse le pitre parce qu'il "s'ennuierait".

Et la, le couperet tombe "ou pour d'autres raisons parce qu'il va quand même falloir qu'il apprenne le devenir élève, hein ?"

Elle n'a pas regardé Louloute une fois, ne lui a pas parlé et voilà qu'elle me le juge. !

Elle me le catalogue.

Oui, il va falloir qu'il apprenne à respecter un tour de parole et des règles de vie collective mais au même titre que les autres et de quel droit juge-t-elle la chair de ma chair ?

Je suis écœurée. Révoltée. J'ai le cœur gros.

Après je me dis que si la relation aux parents et rassurer est pas son truc (parce qu'elle m'a déblatéré le laïus institutionnel mais rien d'humain), il en ira certainement autrement avec les enfants.

Du moins...je l'espère.

Puis, Louloute saura lui même faire ses preuves et en terme de savoir-vivre on maintiendra les exigences qu'on a eu jusque lors mais que cette vieille bique (excusez moi mais ça fait du bien !) semble mettre en doute.

Gros sur la patate : inscription a l'école

Commenter cet article