Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Enceinte, sur un nuage. On imagine la chambre de bébé. Son doux visage et on cherche un prénom.

Oui mais parfois le rêve s'arrête. Œuf clair. Sac gestationnel vide.

Émilie a accepté de nous confier son expérience, pour éviter des incompréhensions à d'autres, digérer une étape pas facile.

Merci a elle.

1. Salut ! Peux-tu te présenter ?

Émilie, 28 ans et une princesse à mon actif.

2. Comment se passait ta grossesse jusqu'alors ?

Ma grossesse, la première, en plus, se passait super bien, on etait super heureux. Je n'étais pas malade mais j'avais bien tous les autres signes qui ne trompent pas : fatigue, seins tiraillants...enfin rien d'important, puisqu'on était dans notre conte de fée...

3. Quand et comment as-tu appris "la" nouvelle ? Comment as-tu réagi ?

Après avoir fait le fameux test pipi, puis la prise de sang, nous nous rendons à notre première échographie (vers 5-6 semaines de grossesse).

Malheureuse coïncidence, ou pas, le jour même de cette échographie, je perds du sang. Je m'inquiète un peu mais je sais que dans l'après-midi, on en saura plus.

Là, on me fait l'echographie, on ne m'inquiète pas trop sur le fait que je perde du sang, cela peut arriver.

Mais au résultat de l'écho on m'inquiète un peu plus : le sac gestationnel semble vide Ca veut dire quoi, ça ?

On ne m'explique pas grand chose, d'ailleurs, mais on me prescrit une nouvelle écho. Dans une semaine. Pour y voir plus clair...

Je repars chez moi. Dépitée. Surtout qu'on ne m'a rien expliqué. Le cœur et la tête en pleins doutes.

De retour chez moi j'apelle mon médecin traitant et là, le mot "oeuf clair" est prononcé. Après lui avoir décrit l'échographie et mes symptômes.

Elle est en pleine consultation et n'a pas le temps de rester au téléphone; je raccroche rapidement, abattue...moment de solitude quand aux réactions du personnel médical.

Comment réagir ? C'est une bonne question !

Honnêtement, sur le coup, je ne comprenais meme pas de quoi on me parlait.

Hier encore, j'étais dans mes rêves de bébé et aujourd'hui c'est fini.

En plus, les explications qu'on m'avaient données étaient si maigres. J'ai l'impression que le corps médical m'a abandonné. J'aurai aimé apprendre, et surtout, comprendre vraiment ce qu'il m'arrivait. Sans avoir à rechercher sur internet des explications complémentaires.

5) Au final, comment tout ça c'est terminé ?

Ma grossesse se termine spontanément et naturellement. Je n'ai pas besoin de curetage.

Je rencontre pour la première fois le gynécologue qui devait suivre ma grossesse quelques jours après, le rendez-vous étant programmé, je souhaite le voir quand même, pour avoir son avis dans ce désert médical.

Et c'est lui, qui a réussi a remettre les choses en place dans ma tête. Un mec formidable...qui a su mettre des mots sur ma douleur. Mais aussi, il a su me réconforter et me redonner l'envie de recommencer rapidement.

Lui aussi était papa, sa femme aussi avait fait une fausse couche.

"La nature est bien faite, me dit-il, il ne faut pas essayer d'aller contre sa volonté, c'est que ce n'était pas encore le bon moment pour vous. Et surtout, sortez vous de la tête que vous avez fait quelque chose de travers, ce n'est pas votre faute".

Il a ajouté, on va se revoir dans quelques mois et cette fois, ça sera la bonne.

Je suis sortie de son cabinet, j'ai pleuré à chaudes larmes. Quelqu'un m'avait écouté vraiment, je n'étais pas résumée par cet "œuf clair".

Il avait raison, six semaines plus tard, j'étais a nouveau enceinte. Et c'est bien sûr, lui, qui a suivi ma grossesse.

6. Qu'aurais-tu envie d'ajouter ?

Voila mon histoire. Je pense que la seule chose à retenir c'est qu'il ne faut surtout pas se culpabiliser de quoi que ce soit mais essayer d'accepter, et je sais comme c'est difficile, que la nature est souvent assez bien faite. Elle vous offrira une nouvelle chance d'avoir un joli bébé en bonne santé.

Commenter cet article