Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Il a pleuré, crié, boudé et Maman a tenu bon

Pendant les vacances, les repères sont cassés. Super ce temps où l'on va à droite à gauche, cette parenthèse dans le quotidien.

Oui mais voilà, pour Louloute point trop n'en faut. Au bout d'un moment mon petit bonhomme qui vit tout à fond les ballons ne gère plus le survoltage et forcément pète les plombs.

Je vous replace le contexte. Un Louloute qui ne veut pas dormir à la sieste.

Il joue la montre, gigote. Je finis par me dire que bon tant pis. Louloute ne faisant plus la sieste systématiquement.

Le petit monsieur redescend et balance un "ha ha j'ai gagné". Voilà qui ne me plait guère.

Et comme Louloute est entré en mode lutte de pouvoir, forcément il s'ensuit frictions.

Papy, histoire de faire retomber le soufflé, propose un livre. Et voilà la crapule qui dégaine le livre et qui dans un élan d'énervement me balance ça à la tête de Papy. Alors là, non, c'en est trop !

J'harponne le petit bonhomme par le bras et le traine sous les cris et larmes dans sa chambre. Hors de question que le petit monsieur joue de son pouvoir comme ça. Hors de question tout court d'ailleurs.

Alors, il pleure. Il hurle. Et il pleure et il hurle toujours et encore et surtout très fort!

Je le laisse. Ponctue le tout de deux visites pour signifier à la tornade qu'il serait temps de se calmer. Pas besoin d'en rajouter à son état de transe et pas le moment de mener une discussion alors qu'il sera capable de tout sauf d'écouter.

Je tiens bon. Ne gratifie pas l'enfant de son câlin alors qu'il ne s'est pas calmé. Et puis, j'ai repensé à une phrase lue dans un bouquin de psycho sur la discipline positive. Il est important que j'aie confiance en ma parole et en mon "non". Que l'enfant sache qu'il n'aura pas gain de cause. Qu'il ne pourra pas repousser la limite que je lui ai fixé et que ce que Maman le dit, Maman le fait.

J'ai tendance à le faire, d'habitude, mais me rends bien compte que parfois je monte dans les tours pour rien parce que je ne crois pas au simple pouvoir des mots. De mes mots.

Je me rends compte que crier ne sert a rien. Même si parfois sous le coup de l'énervement, je gère moyen...

Que ma seule parole et sa fermeté est crédible et qu'il n'y a pas a surjouer, ni rajouter.

Alors il a pleuré, je m'en suis tenu à ce que je lui avais dit. Il a fini par s'endormir. Et au retour de sieste, on a pu en reparler. J'ai exigé qu'il demande pardon. Et l'affaire était classée.

Se convaincre soi-même de sa crédibilité avant de chercher à convaincre l'enfant, voilà qui m'a aidé. Et ce, même si j'ai le sentiment de ne jamais avoir été la mère permissive ou qui ne savait pas poser des interdits.

Et vous quand vous punissez, vous ne l'avez pas, ce sentiment de doute de "est ce que je suis efficace ?" ?

En couverture : un album pour aborder la colère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article