Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

L'angoisse de séparation

Nous n'étions qu'un, toi, mon bébé et moi, ta maman. Puis, un jour, tu es sorti de moi et tu es devenu toi, juste toi et non plus toi, en moi.

Les premiers mois passent. Tu es dehors mais encore un peu dedans, dans ce cocon invisible de notre relation mère-enfant. Une transition douce vers l'envol.

Séparé de moi, mais quel est ce lien qui nous unit jusqu'à me réveiller avant même que tu ne pleures ?

Peu à peu, d'autres liens viennent s'ajouter. Il n'ôte pas le premier mais équilibre celui-ci. Ton papa tisse son lien. Ton frère. Papy, Lalie, Mamy, marraines, parrain...des liens qui s'entremêlent pour former une corde bien solide, un lien plus fort qui te tient, nous unit, te retiendra s'il le faut.

Oui mais bébé, tu grandis. Et un jour, je m'éloigne et tu pleures. Tu as compris. Nous sommes deux. Absence. Présence. Apparaître, disparaître.

Cette fameuse angoisse de la séparation. Elle ne perdure pas toujours. Tu comprendras que maman peut partir mais maman revient et tu te raccrocheras aux autres liens.

Que faire quand bébé passe par cette angoisse ? Peut-on prévenir cette angoisse ou y remédier ? Rien ne pourra la gommer, bien que celle-ci soit plus ou moins forte selon les enfants, mais passer par des jeux symboliques comme "coucou le voila" (j'apparais, je disparais), cacher un objet et le retrouver, peut permettre de se familiariser à cette angoisse de la séparation, de l'abandon.

Au travers de l'objet, bébé comprend la permanence ou non-permanence des choses.

On peut aussi à ce moment la, penser au doudou. L'imprégner de notre odeur. On parle, selon Winicott, d'objet transitionnel, un lien entre maman et bébé, un lien qui remplace, qui comble un manque, une absence.

Et nous, mamans, il nous faut nous habituer à ne pas être l'unique lien, à faire confiance, à passer le relais. Au fond nous aussi, on peut se sentir un peu abandonnée...un peu perdue...mais on a nos liens, nos fils de marionnettes qui nous animent et nous permettent de tenir.

Et vous, l'angoisse de séparation, ça vous parle ?

Commenter cet article

Goblin 29/08/2013 12:43

Merci pour cet article qui, même si je connaissais l'existence de cette angoisse de séparation, m'a fait réaliser que c'est peut-être pour ça que je trouve mon loulou de 7 mois grognon en ce moment. Encore ce matin, nous sommes rentrés dans sa chambre alors qu'il est à peine éveillé pour prendre des vêtements comme tous les matins puis nous sommes resortis et ce matin, il s'est mis à râler quand nous sommes repartis alors que d'habitude, il attend gentiment qu'on revienne. Je me suis dit qu'il était de mauvais poil dès le matin mais c'était sans doute ça, en fait. Merci donc pour cet article qui m'a fait comprendre mon petit bout. Je vais pouvoir accompagner efficacement mon bébé dans cette phase. Bonne journée

maman mymou 26/08/2013 22:05

ça fait plaisir de voir quelqu'un d'autre qui aime citer Winicott :-)
Très joli texte, on dirait presque un poème xx Je sens qu'Hanaé commencer à se rendre compte de la différence "elle et moi", ou serait-ce son nouveau lit ? ....
En tout cas je me rappelle pour TJ, il avait assez bien géré vers les 8 mois, à notre plus grande surprise, on verra si sa soeur suit ses traces ...

Claire B 26/08/2013 22:16

;) la puce gérait bien jusque la, avec la crèche on va voir et puis la avec l'attaque des crobes, c'est encore autre chose