Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

La balade de Babouchka - après-midi cinéma

Cet après-midi, direction cinéma pour la louloute, la Chaperonette et moi.

Défi : arriver à l'heure. Pour se faire, anticiper les éventuels caprices. Ça n'a pas manqué. Louloute ne veut pas s'habiller. Il fait froid et il n'est pas de mise d'aller voir un film en tenue d'Adam, mon chéri. On laisse donc le petit monstre se calmer et crier deux, trois fois. Avant qu'enfin, il obtempère.

Vestes, écharpes, bonnets et nous sommes parés à braver le froid et la pluie. La puce est en écharpe de portage.

En avant. Il pleut, il mouille. C'est la fête à la grenouille.

On est à l'heure. Monsieur le guichetier m'informe que le niveau sonore n'est pas adapté à un bébé, par mesure de précaution parce qu'en fait il en a pas grand chose à carrer (meme si ce cher monsieur est très aimable, hein ?) et que j'ai maintenant l'habitude. Et puis on va pas voir un film d'action qui boum, bam, clang !

Le film donc...La balade de Babouchka. Quatre court-métrages sur des contes russes.

Louloute a sa bouteille de Coca (ouuuuh mauvaise mère), son petit plaisir, et son sachet de popcorn. Hé oui, maman à tout prévu dans le sac pour intoxiquer ses pioupioutes à base de sucre. Mais une fois de temps en temps, hein ? On a pris un rehausser au guichet. Ce serait dommage qu'en guise de film, mon petit loup contemple le dossier rouge du merveilleux strapontin devant lui.

Le film commence. Il présente avant chaque conte la Russie et un de ses peuples. Intéressant, mais un peu complexe pour un tout petit. Louloute gigote.

Premier conte : le rossignol. Histoire complexe pour un petit. Dessins un peu figés. Louloute n'est pas fan et le fait savoir. Il reste calme, on commente ce qu'on voit. Mais l'oiseau qui est pas mort mais qui est mort mais qui en fait a élaboré un stratagème pour faire croire que...euh, un peu compliqué...

Deuxième conte : la maison des biquettes. Il commence avec un petit garçon après lequel court un loup. Très bien, ça, le loup. Louloute est capté de suite. Un de ses contes préférés. Ça chante. C'est coloré, enfantin, dynamique avec une jolie morale. Très bien !

Troisième conte : l'ours. Un ensemble d'histoires sur le pourquoi du comment des rayures des écureuils, la platitude des carpes...Inégal. Louloute préfère parler de coca, manger du popcorn et voudrait faire un tour aux toilettes. Traduction : ça m'intéresse pas franchement.

Quatrième conte : Ziarka. L'histoire d'une petite fille, avec monstre et renard filou en prime. Les ingrédients sont là. Louloute accroche. Ça chante aussi et les dessins sont adaptés. La petite Ziarka est rigolote et mignonne.

Au final, un film adapté au petit de par sa durée : 52 minutes. Quatre courts métrages c'est pas mal. Si une histoire ne plait pas, y a la suivante. Et on s'attend pas en allant voir un film pour enfant à un silence monacal. Pas grave donc si Loulou chahute un peu, du moment qu'il chuchote.

Les parties explicatives sur la Russie sont plus adaptées à un public à partir de 6 ans. Qui saura comprendre. Là, la géographie, ça parle moyen à mon pitchoune.

Les contes 2 et 4 sont géniaux pour des petits. Les deux autres manquent un peu de peps. Bon nombre d'enfants dansaient la danse de St Guy.

Le vocabulaire utilisé est plus ou moins adapté dans les contes 1 et 3 où l'histoire fait appel à un narrateur, d'où un manque de dynamisme.

Un avis en demi-teinte, donc, pour ce film.

Mais la Louloute a adoré quand même, disant "Je suis content ! C'était trop bien le cinéma !"

Il a aimé le moment, c'est ce qui compte.

Et la Chaperonette, me direz-vous ? R bien elle a tété, sourit, regardé, dormi. Et tout va au mieux pour elle.

Maintenant, zou, tout le monde à la sieste !

Commenter cet article