Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Il semblerait, selon l'ère du temps, que l'arrivée d'un enfant vienne perturber quelque peu l'équilibre du couple. Babyclash. Conflits sur l'éducation.

Qu'en est-il ?

Premièrement, je pense qu'effectivement il ne faut pas vivre sur un nuage. Un jeune enfant ne vient pas cimenter un couple mais bien mettre en avant les différences de point de vue de l'un et de l'autre.

Et oui, nos éducations plus ou moins différentes, nos avis ou simplement les différences entre notre rôle de maman et celui de papa vont faire le lit de bien des petites tensions.

Rien d'inquiétant ! Avant le couple ne vivait que pour lui et le partenaire pour la satisfaction des besoins de l'autre. Il faut désormais inclure une tierce personne. Voire plusieurs.

Comme dans tout passage d'un état à un autre, il faut parvenir à trouver un équilibre qui tient compte des nouvelles données en place.

Je pense ensuite qu'il faut cesser de cultiver le culte d'avant. Se dire que ça va redevenir comme avant l'enfant.

Non, il faut, à mon avis, apprendre à s'aimer dans son nouveau rôle de parent car c'est ce que vous êtes désormais.

Le changement n'est pas négatif. La vie est jalonnée de changements, on ne cesse de passer d'un état à un autre. C'est comme demander à un bébé de rester bébé que ne pas vouloir évoluer.

Il n'est pas, à mon sens, dans la vie de l'être humain d'état de fait. L'être est toujours en devenir. Et s'aimer c'est devenir ensemble.

C'est beau d'aimer l'autre pour le papa ou la maman qu'il est.

Je crois qu'on idéalise tellement la parentalité (même si c'est génial, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit) que dans le discours tenu on en oublie que ce n'est pas un long fleuve tranquille. Ce n'est pas toujours une évidence non plus. Il faut trouver ses repères. A deux.

Ou alors on noircit le tableau et on culpabilise et on fait flipper le couple.

J'encouragerai à relativiser !

En tout point, chercher à se rappeler que ce n'est pas grave de se disputer si on se pardonne, ce n'est pas grave de ne pas être dans une fusion permanente et d'avoir des avis différents, c'est aussi ça être deux. On est rarement le clone de l'autre (ce serait chiant, enfin, je trouve).

Oui, un enfant introduit des tensions mais si on gère la chose avec les pieds sur terre et amour, on réalise qu'on est décentré de l'autre mais qu'on a le même point de raccord : l'enfant.

Et surtout un mot d'ordre : dialogue !

Le couple à l'épreuve des enfants

Commenter cet article