Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Le test HGPO kesako ?

Avec la grossesse s'en suit bon nombres de tests sanguins et autres petits plaisirs.

La piquouze de la toxoplasmose (témoignage d'une maman qui a connu la toxo pendant la grossesse ici), l'ECBU où le bonheur sans failles de faire ta goutte dans ce petit flacon que tu remets chaque mois, le test du fer etc. etc.

Oui, clairement, si tu n'aimes pas les aiguilles, et autres subtilités de labo, tu vas être gâtée !

Cette semaine j'ai testé le presque incontournable HGPO, test de l'hyperglycémie provoquée.

Qu'est ce que c'est ?

En gros ça consiste à s'envoyer du sucre à haute dose pour vérifier comment le corps assimile tout ca. Histoire d'écarter le risque du diabète gestationnel, responsable entre autres de macrosomie fœtale : bébé trop gros quoi.

C'est justement parce que jai un bébé bidou hors courbes que j'ai le droit au privilège de cette expérience inédite.

Sinon, comment ca se passe ?

Alors déjà, tu sauras qu'il faut prendre rdv parce que tu vas avoir la joie de visiter des recoins inconnus de ton labo d'analyses et tu vas pouvoir en profiter 2h, chanceuse !

Je me lève et interdiction de boire et manger. Il faut être à jeun depuis la veille au soir. Je fais déjeuner Louloute et Chaperonette. J'ai faaaaaaim.

Jamais ces céréales ne m'ont paru si alléchantes.

Zou à l'école et je me dirige au labo au pas de courses.

L'odeur sucrée qui s'échappe de la boulangerie du coin de la rue me nargue les narines et le fonds du gosier.

Arrivée au labo.

On m'installe donc dans une petite pièce avec un superbe fauteuil aux multiples leviers, dont je vais devoir faire le tour quatre fois pour trouver comment m'allonger.

J'ai le droit à la première piqûre. Elle fait un peu mal. Et pourtant troisième grossesse, autant dire que j'ai l'habitude de sortir le bras bleu, j'en ai vu d'autres.

Ensuite, l'infirmière me propose le fameux breuvage dont j'ai tant entendu parler. On m'avait prévenu que c'était écœurant et qu'il fallait s'accrocher pour ne pas le rendre.

Allez, on imagine que c'est un Fanta. En plus jai le droit à deux saveurs : citron ou orange. Je choisis citron dans l'espoir que ce soit un peu plus acidulé en bouche. Bon, ca c'est oublier qu'il y a l'équivalent de 15 sucres dans la bouteille.

J'ai 5 minutes maximum pour siroter la chose, on me propose une paille. La boisson est glacée ça aide un peu.

J'attends quand même que l'infirmière sorte au cas où ça passerait plus difficilement que prévu et puis pas envie de spectateurs.

J'ai un petit bouton sur lequel appuyer en cas d'urgence. Et si je me sens bien j'ai l'autorisation d'aller aux toilettes du fonds du couloir, youhouoou. Je me croirais presque en post-accouchement.

Certaines ont du mal à s'enfiler la totalité de la boisson à la paille, perso, en deux trois coups c'est fait. Ca a un drôle d'arrière goût mais bon, ça passe.

Rdv dans une heure pour la première prise de sang. J'ai prévu un magazine et un roman. Histoire de faire passer le temps. Le tout couplé à mon smartphone.

Ce fauteuil est bien inconfortable, je cale mon bidon tant bien que mal et dans une manœuvre de roulage sur le côté entre deux lignes passionnantes sur la vie du fils d'Adjani, je réussis la prouesse de m'étouffer avec ma salive.

Je tousse, je tousse. Je sens le haut le cœur. Non pas vomir. Pas remettre le compteur à zéro.

Allez on se couche, on ferme les yeux.

Au bout d'une bonne vingtaine de minutes de quintes et d'une coupure de courant, ca finit par passer.

Bon, l'heure est passée. J'attends...retard d'un quart d'heure...bref j'ai le droit à la deuxième piqure. J'ai déjà pas aimé la première, elle pique le même bras, allez on inspire. Ouille.

Allez plus qu'une heure.

Je plonge dans mon roman et finalement la dernière heure passe vite. Mais c'est sans compter le retard.

Je finis par faire les cent pas, en attendant l'infirmière comme le saint graal.

Elle arrive.

Troisième piqûre. Bon celle-ci je la sens plus trop.

J'ai passé 2h30 au labo au final. Prévoir donc une marge de battement.

Le résultat est rapide. J'y accède au bout de trois heures sur l'espace en ligne. Valeurs normales.

Pour qu'un diabète gestationnel soit diagnostiqué les valeurs doivent être égales ou supérieures aux suivantes :

1e piqure à jeun : 0,92g/l

2e piqure au bout d'1h : 1,80g/l

3e piqure au bout de 2h : 1,53g/l

J'ai donc survécu. Si l'expérience n'est pour autant pas agréable, elle n'est pas insoutenable.

Il faut juste prévoir :

- du temps

- de la patience

- de l'occupation

Alors, si c'est à vous d'y passer, bon courage !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article