Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Ma Louloute, à presque 3 ans, passe par cette fameuse "crise d'opposition".

C'est non pour tout. Je ne veux pas m'habiller, je ne veux pas rester assis. En fait, peu importe le pourquoi du comment, ce qui semble compter, c'est dire "non".

Et s'en suivent les inévitable crises de pleurs.

Qu'on s'entende, Louloute est par ailleurs un petit loup jovial et plutôt facile mais il fait tout à 100 %. L'enthousiasme comme le caprice.

Néanmoins, je sais d'expérience, parce que je suis enseignante, combien il est important de résister.

L'enfant se construit avec la limite. Si la limite n'est pas posée, c'est a l'extérieur que l'enfant va chercher la confrontation, a l'école ou la crèche...

Bien évidemment, mon cœur de maman ne trouve pas ça particulièrement agréable de m'opposer à mes petits bouts. Le voir pleurer me fait mal, ou en passer par la fessée me chagrine mais je juge réellement essentiel que mon petit loup ait des repères fixes et stables.

La fessee ? Peut-être avez vous le cheveu qui se dresse sur la tête. Je ne défendrai pas la fessée avec hargne mais néanmoins elle a le mérite de poser une limite a ne pas franchir, de façon claire et définitive. Elle n'est pas systématique non plus.

En tous les cas, si je n'élèverai pas un mode d'éducation au-dessus d'un autre, je ne peux que vous encourager à poser des limites à vos loulous.

Je sais que, quand on voit peu ses enfants, parce qu'on va au travail contraint et forcé, on a la tentation de ne vivre que de bons moments avec son petit bout. Vous n'avez pas à gagner l'amour de votre enfant. Il est inné cet amour. Et éduquez et s'opposer, aussi désagréable cela puisse être, est aussi un acte d'amour.

Avec ma Louloute, bien souvent, c'est l'isoler qui marche le mieux pour couper court au caprice. Dans sa chambre, après avoir crié et pleuré, il revient de lui-même une fois qu'il a terminé et ne s'oppose lus a faire ce qu'on lui demande. Ou alors, je le mets dans une isolation verbale : je ne lui parle pas, il est frustré et obtempère.

La fessee c'est en dernier lieu ou si la limite à ne pas franchir est franchie : l'agressivité envers Papa ou Maman.

En second lieu, c'est au dialogue que je vous encourage. Revenir sur le caprice, une fois qu'il est terminé, pour expliquer, pour justifier. Et que le pourquoi du comment soit clair et limpide pour la petite tête. Mais ce dialogue n'est pas possible en pleine crise. C'est pour cela qu'il vaut mieux attendre que le Loulou en furie ait baissé les armes.

Des albums jeunesse, vous permettront également de dédramatiser la chose avec votre monsieur ou madame non.

Le "Monsieur Non" de la collection des Monsieur Madame de Roger Hargreaves.

"Non, non et non" de Mireille d'Allancé.

"Petit Ours Brun dit non", de Claude Lebrun.

"Tchoupi est en colère" de Thierry Courtin.

Et vous, comment gérez-vous ce fameux âge de la crise d'opposition ou comment vous y préparez vous ?

Monsieur Non - la crise d'opposition
Monsieur Non - la crise d'opposition
Monsieur Non - la crise d'opposition
Monsieur Non - la crise d'opposition

Commenter cet article