Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Claire B

Une maman qui les protège

C’est pas facile tous ces jours avec l’absence.









C’est pas facile d’être maman de cinq...seule...même si c’est un bonheur multiplié par 5 et que je les aime chacun comme la prunelle de mes yeux.

Je m’arrache la gueule à tenter tant bien que mal de bâtir un avenir. De bâtir quelque chose d’aplani, à tenter de restaurer les parts manquantes de l’autre. J’y crois. J’y crois plus. Je tombe et puis je me relève. Mon cœur saigne beaucoup.

Un jour un coup part.

On y croit pas.

On se dit que non, il est pas comme ça.

En dépit des bleus qui ont fleuri.

On croit les excuses.

On croit les je t’aime.

Puis le temps avance. Il y a les fois qui suivent et les mots qui boxent autant que des mains.

Des courants d’air invisibles qui font voler les choses entre les murs, les têtes et les pensées.

On continue à y croire. Mais il y a eux, leurs yeux sur ce monde de grands qui tourne plus très rond et qui fait mal aux angles auxquels on se heurte.

Puis un jour on se dit que ça suffit. Le sang qu’on fait passer pour du cacao, les mots qu’on excuse parce que « c’est pas vrai ». Et les éclats de voix qui font peur.

Aujourd’hui je les protège. Bien sûr que je pense toujours qu’une famille c’est des enfants, une maman et un papa.

Bien sûr que je rêve toujours qu’un renouveau soit possible.

Et puis on arrête pas d’aimer.

Mais je les aime et ne veux plus ça.

Je ne veux plus entendre qu’un papa parfois c’est méchant...

Mais j’ai mal d’accepter la réalité. Mal de me dire que je me suis trompée.

Mal d’entendre « je suis triste de (pas) voir papa ».

Mal d’envoyer des bisous qui volent à papa pour dire bonne nuit.

Mal de ne plus avoir ses bras autour de moi et l’assurance que tout ira bien.

Mal de tous ceux qui croient qu’on est faible quand on ne part pas...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article