Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Claire B

Si je te parlais de discipline et d'obéissance, dans le calme et la confiance ?

Vous connaissez cet âge ou votre loulou teste les limites a base de "tu m'as dit que non mais est ce que je ne pourrais pas juste un petit peu " ?

Cette fâcheuse tendance à tenter de faire reculer l'interdit, ne serait ce que d'un millimètre pour avoir un sentiment de toute-puissance ?

O bonheur de la crise d'opposition qui, on le sait, commence vers 2 ans mais termine on ne sait trop quand....

Alors que fait-on, justement, quand le loulou passe de l'autre côté de la force ? Qu'il décide, et ce parfois sans s'en cacher de faire un pied de nez aux bonnes vieilles règles établies...

Loin de vous livrer l'ultime recette pour une obéissance sans failles, on va parler de comment ça se passe ici.

Alors le débat n'est pas ici mais bon, la fessée a parfois cours ici. Mais comme je ne crois pas à un recours systématique a celle-ci et que bon Louloute grandit et sa faculté de raisonnement avec lui, on applique une nouvelle méthode : le bonhomme vert et le bonhomme rouge.

Comment donc qu'on fait ? Les bonhommes des dites couleurs sont dessinés sur une ardoise. Le principe est simple : bonhomme vert en cas de bonne conduite et bonhomme rouge dans le cas contraire.

Il faut dire que Louloute avait recours a une bouderie systématique, d'où cette idée de noter (et "sanctionner") par un bonhomme rouge cette fameuse habitude.

10 bonhommes verts = une récompense.

5 bonhommes rouges = on enlève un bonhomme vert.

Alors oui, il y a la carotte de la récompense. Mais parce que je crois qu'on peut valoriser un bon comportement et en gratifier l'enfant. Et puis, le bonhomme vert ne se gagne pas aisément. Il ne s'agit pas simplement d'appliquer les règles de base, du genre "range tes chaussons au casier".

Il y a ce qui est considéré comme dû et normal et non gratifiable et le reste, les petits coups de main, services rendus, bonnes initiatives.

Après il ne faut pas décourager non plus, si le bonhomme vert ne tombe jamais, le système part en cacahuète.

Et depuis sa mise en place, force est de constater que ça tourne plutôt bien. Louloute ne s'est pas changé en angelot mais on connaît une façon de procéder qui semble convenir à tout le monde. Et la sanction "bonhomme rouge" semble suffire à faire comprendre à Louloute le principe de limites.

Et comme généralement le moment ou on note les bonhommes sur l'ardoise et différé on peut reparler des choses avec distance et calme.

Une idée aussi qui m'a énormément aidé : croire en ma simple parole. Je me suis rendue compte que parfois je doutais d'en avoir fait assez pour marquer l'esprit. Désormais confiante en ma sanction (bonhomme rouge donc), en sa clarté, je ne rajoute rien de plus que "je n'accepte pas ton comportement, bonhomme rouge". Louloute sait. Ça suffit. Le débat est clos et permet d'éviter des débordements et de l'énervement. Ce n'est pas magique non plus, Louloute ne se calme pas instantanément mais la limite est fixée, point. Peu importe les pleurs ou les cris, c'est comme ça, stop. Et la porte n'est pas fermée a un nouveau bonhomme vert, à la réflexion.

Et vous, comment asseyez vous votre autorité et la limite ?

Commenter cet article

Cyrielle 01/06/2014 17:17

J'aime beaucoup l'idée, je la garde dans un coin de ma tête pour dans quelques années ! :-)